Presse

Retrouvez ici une liste la plus complète possible des journaux et magazines

Travelling sur la presse écrite comorienne

Histoire de la presse comorienne

Les difficultés de la presse Comorienne, financement, lectorat restreint, liberté d'expression, mainmise des pouvoirs...

L'Organisation Comorienne de la Presse Ecrite (OCPE)

 
Résumés de dépèches d'agences

 
Le président Azali promet d`aider les médias comoriens
 
 

Radio
les stations de radio

 

Télévision
les chaines de télévision

Inauguration de la Télévision Nationale Comorienne
  
 Divers

La liberté de la presse aux Comores en 2002 (Rapport RSF)

La liberté de la presse aux Comores en 2004 (Rapport RSF)
 

 

 

Media : Presse, Radio, Télévision
Organisation Comorienne de la Presse Ecrite

L'Organisation Comorienne de la Presse Ecrite est née, nous avons assisté pour vous à sa naissance.

Message de l'Organisation comorienne de la presse écrite (OCPE),
lu par son Président Aboubacar Mchangama 03/05/2004


A son Excellence Monsieur Azali Assoumani, Président de l'Union des Comores à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse

Aujourd'hui, comme tous les ans, est célébrée la Journée mondiale de la liberté de la presse. C'est un moment important pour tous ceux qui, ici comme ailleurs, ont choisi le métier ô combien difficile d'informer.

Mais ce 3 mai 2004 sera pour nous journalistes comoriens une date inoubliable, car elle coïncide avec la naissance de l'Organisation comorienne de la presse écrite (OCPE) que nous représentons ici.

Cette organisation est venue combler un vide qui se faisait sentir depuis longtemps. Elle répond en tous cas à un besoin de la profession de s'affirmer et d'occuper pleinement la place qui est la sienne dans le développement du pays.

L'OCPE se donne pour objectifs de :

Promouvoir le développement des médias sur l'ensemble de l'archipel des Comores ;
Défendre la liberté de la presse ainsi que l'accès et le droit à l'information ;
Ouvrer pour une information plurielle ;
Renforcer les liens de solidarité au sein de la profession ;
Favoriser le rapprochement avec les organisations ayant les mêmes objectifs ;
Etablir des liens de coopération et d'échanges avec les partenaires extérieurs ;
Défendre et protéger les intérêts moraux et professionnels des journalistes ;
Renforcer les capacités de la profession par la Formation et l'Encadrement ;
Instaurer un dialogue permanent entre la profession et les pouvoirs publics

Notre organisation prend l'engagement de faire prévaloir dans la profession l'esprit de responsabilité et l'éthique déontologique qui vont de paire avec les valeurs de liberté et d'indépendance.

Excellence, Monsieur le Président,

Cet engagement d'une profession n'aura de signification concrète que lorsque les pouvoirs publics veilleront au respect des principes auxquels nous sommes tous attachés, et qui participent à l'édification d'un Etat de droit.

Nous restons convaincus qu'il est plus que jamais nécessaire de moraliser l'espace médiatique comorien, et particulière au niveau des radios et télévisions, de manière à responsabiliser les différents acteurs impliqués.

Cela réduira sans doute les risques de dérapage, parfois imputable à l'amateurisme de nos confrères, mais surtout, pourrait contribuer à établir des rapports moins conflictuels avec les autorités publiques, source de nombreux abus et atteintes contre la presse en général.

C'est dans cet esprit que notre organisation entend inscrire son action à moyen et à long terme, en espérant que l'Etat remplira ses obligations, dans le strict respect de la loi nationale en vigueur et des conventions internationales ratifiées par notre pays.

Excellence Monsieur le Président,

Nous ne saurions terminer notre propos, sans féliciter l'ensemble des acteurs du processus de réconciliation nationale, dont vous faites vous-même partie, en espérant que le parachèvement des nouvelles institutions de l'Union des Comores amorcera un élan de développement économique et social, dans un environnement de paix, de liberté et de démocratie.

Merci de votre attention

Ali Ahmed Ahmed
Correspondant REUTERS
Correspondant Télé RFO/Mayotte
Journaliste à Alwatwan
B.P : 846 Moroni - Union des Comores
Tel : Domicile (269)73.02.91
Mobile (269) 33.04.06
Bureau (269) 73.44.48



AngolaPress - Info - Mardi, 4 mai 2004
L`Organisation de la presse écrite reçue par le colonel Azali

Moroni, Comores, 04/05 - Le président Azali Assoumani a reçu en audience ce lundi, le bureau de l`Organisation comorienne de la presse écrite (OCPE), à l`occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse.

Le président comorien a déclaré à ses hôtes, qu`ils ont pris une heureuse initiative en créant la veille, une association, en vue entre autres objectifs, de réguler la presse comorienne.

Il a en outre précisé à la délégation de l`OCPE, que l`initiative de mettre sur pied l`OCPE le réjouit d`autant plus, qu`elle rejoint ses préoccupations ; une ambition qui, a-t-il souligné, l`avait toujours habitée.

"Ma satisfaction", a-t-il déclaré, "est plus grande parce que je suis révolté de voir le premier venu s`improviser journaliste au mépris de la déontologie et de l`éthique professionnelles".

Le colonel Azali Assoumani a promis responsables de la jeune organisation, de leur apporter tout ce qui est en son "pouvoir pour un meilleur essor de l`association naissante, afin que la presse comorienne puisse s`épanouir et mieux contribuer au développement".

Présentant l`association, le responsable de la direction provisoire de l`OCPE, Aboubacar M`changama, a déclaré: "Notre organisation prend l`engagement de faire prévaloir dans la profession, l`esprit de responsabilité et l`éthique déontologique qui vont de paire avec les valeurs de liberté et d`indépendance".

Exprimant son souhait de voir une moralisation de "l`espace médiatique comorien, particulièrement au niveau des radios et télévisions", le doyen, comme l`appellent ses confrères, entend inscrire l`action de l`OCPE "dans le strict respect de la loi comorienne et des conventions internationales ratifiées" par les Comores.

L`OCPE qui vient de naître, souligne t-on, regroupe des journalistes comoriens et vise, entre autres objectifs, à promouvoir le développement des médias comoriens, à défendre la liberté de la presse et à établir des liens d`échanges et de coopération avec des organisations similaires.

La jeune organisation entend se mettre en première ligne, pour réactiver l`idée de création la Fédération internationale des journalistes de l`Océan indien dont elle entend abriter les premières assises qu`elle souhaiterait faire tenir avant la fin de cette année.

© 1996-2003 Angop. Tous droits reserves.




Quelques réaction à la naissance de cette organisation:

Kamalidin Ben Ali, Lyon, le 01/05/2004
kamalidin2@wanadoo.fr

Quand on est loin, on est toujours le dernier informé. J'ai appris par un article d'Alwatan la désignation du Directeur d'Archipel comme Président de la nouvelle association des journalistes comoriens. A lui seul, Aboubakar Mchangama concentre en sa personne l'histoire de la presse libre et de la pensée sans carcans. Ses pairs ne sont pas trompé, en lui confiant cette première mission. Le chemin parcouru depuis le premier numéro d'Archipel avec la collaboration des journalistes Soilihi Mohamed Soilihi et Kamaleddine Saindou a été semé d'embûche. Mais le combat défini par l' incroyable et magnifique premier Edito d'Archipel reste toujours d'actualité. L' Organisation Comorienne de la Presse Écrite vient au monde à un moment crucial dans notre pays; les sentiments les plus vils sont légions et gangrènent les sphères de décisions et en même temps le métier de journaliste subit les conséquences de la déstabilisation institutionnelle qui perdurent sur notre sol.
La tâche va être rude, mais Aboubakar avec l'aura, l'expérience et la liberté qui sont les siens est l'homme qui peut indiquer à la nouvelle génération que tenir un stylo et parler devant un micro ne fait pas devenir quiconque journaliste. Et qu'il y'a encore quelque règles,une déontologie et des grands principes à respecter, à faire vivre et prospérer. Je fais confiance à Mchangama et aux autres journalistes pour mener à bien les missions de cette nouvelle structure et ne pas pour ne sombrer comme ses prédécesseurs. Le pays est en situation d'attente et la presse doit veiller pour l'avenir des Comores.

Kamalidin Ben Ali