Généralités
Venir aux Comores : les précautions sanitaires 

Comores : la  santé en quelques chiffres 

Le système de santé des Comores 

Réglementation de la santé 

La carte sanitaire des Comores 

Les structures sanitaires 

Les pharmacies et laboratoires 

L’école de la santé 

La protection sociale 

Les projets comoriens santé ou assimilés 

Les organisations présentes aux Comores 

L’aide au développement sanitaire 

Comores : la santé par thèmes 

La santé à Mayotte 

Les formations santé 

L'annuaire téléphonique santé 

Les liens utiles 

Urgence 

Expatriés et expatriation
 
Thèmes et Projets soutenus par MWEZINET
Les Collectes Humanitaires de médicaments  

La recherche sur le Paludisme - Appel d'offres 

Le Paludisme d'importation chez les enfants Comoriens 

Emissions de Radio : Migrants contre le SIDA 

Etats Généraux de la Santé 06- 09 novembre 2001 

 
 Newsletter

 
Newsletter n°1

 

 Archives de la Santé
Le cholera à Anjouan, Avril 2000
 

Journée Internationale de la Croix Rouge / Croissant Rouge 2003
 
La Santé aux Comores
Le Béribéri à Mayotte mise à jour 03/04/2005

Le retour du béribéri en territoire français par Cyrille LOUIS
(
Source LE FIGARO mercredi 22 septembre 2004)

Jadis endémique dans les bagnes coloniaux, plus récemment cantonné aux camps de réfugiés de certaines régions en guerre, le béribéri menace aujourd'hui la collectivité territoriale française de Mayotte. Cette grave maladie due à une carence alimentaire en vitamine B1 est en effet apparue sur l'île au printemps dernier pour y faucher, en quelques semaines seulement, 19 nourrissons. Une émergence aussi brusque qu'imprévisible, tragique révélateur de la malnutrition chronique sévissant dans une partie de la population mahoraise. Retour sur une épidémie venue d'un autre âge.
Cyrille Louis
[22 septembre 2004]

La crise s'est nouée dans les premiers jours d'avril 2004, à l'hôpital de Mamoudzou – la capitale de Mayotte. «Coup sur coup, nous avons vu arriver une dizaine de nourrissons âgés de trois semaines à trois mois qui se trouvaient dans un même état gravissime, se rappelle Jean-Christophe Hebert, chef du service de pédiatrie. Ils affichaient une grande détresse respiratoire, une défaillance cardiaque prononcée mais pas de fièvre et, malgré tout nos efforts pour les réanimer, ils sont tous décédés en quelques heures.»

Parce qu'en temps normal cette île de 160 000 habitants ne déplore en moyenne qu'une dizaine de décès par an dans cette classe d'âge, les médecins comprennent vite qu'ils sont confrontés à un phénomène inhabituel. D'autant qu'aucun diagnostic usuel ne s'impose d'emblée : de premiers examens permettent en effet d'exclure des contaminations par les germes les plus courants à cet âge – mycoplasmes, chlamydiae, herpès ou arbovirus – tandis qu'une rapide enquête dans l'entourage des petits malades infirme la piste d'une possible intoxication par un produit insecticide. «Restait l'hypothèse d'une maladie métabolique, explique Jean-Christophe Hebert, mais quelque chose ne collait pas : les affections congénitales capables d'entraîner une mort aussi brutale sont trop rares pour provoquer une telle avalanche de cas.»

Début mai, c'est un coup de fil passé à tout hasard par un médecin de l'hôpital à son ancien professeur de la faculté de Necker, à Paris, qui met finalement les autorités locales sur la voie. «Lorsqu'on m'a décrit ces symptômes j'ai fouillé dans mes souvenirs et, même si je n'avais jamais été directement confronté à cette maladie, j'ai pensé au béribéri, raconte a posteriori Jean-Marie Saudubray, chef du service des maladies du métabolisme à l'hôpital Necker de Paris. Aussitôt, j'ai dit à mon interlocuteur : raccroche et va donner de la vitamine B1 à tes malades.» Ce composant est en effet indispensable au bon fonctionnement du système nerveux central et périphérique, ainsi qu'à celui du muscle cardiaque.

Au même moment le département international et tropical de l'Institut de veille sanitaire (InVS), informé de l'épidémie, décide d'envoyer une équipe à Mayotte afin de mieux comprendre l'invraisemblable émergence de cette maladie en terre française. Si bien que le 25 mai, l'épidémiologiste Isabelle Quatresous foule le sol mahorais pour y entamer une enquête qui, en un mois, la mènera à la rencontre de 21 familles d'enfants atteints. Avec, à l'esprit, l'ambition de lever le voile sur la complexe combinaison de facteurs en cause – à la croisée de traditions alimentaires anciennes et de problèmes socio-économiques très contemporains.

Selon les résultats de ce travail préliminaire, le grave déficit en vitamine B1 qui, du 4 avril au 17 juin dernier, a frappé au total 30 petits Mahorais – dont 19 sont décédés – s'enracine dans la pauvreté nutritionnelle du lait maternel, qui découle lui-même d'un régime alimentaire fortement carencé. Les mères, en effet, à la fin de leur grossesse et tout au long de la période d'allaitement, se nourrissent exclusivement d'une bouillie à base de riz longuement bouilli. Un régime d'autant moins riche que le riz complet jadis consommé sur l'île a récemment été remplacé par un riz affiné à moindre valeur nutritive – quoique sensiblement meilleur aux yeux des Mahorais.

Au fil du temps, cette monotonie alimentaire a été aggravée par la pénurie chronique de fruits et légumes en partie liée à l'urbanisation récente de Mayotte. Dans ce futur département français, en effet, la pression migratoire imposée par les îles voisines des Comores conduit à la disparition progressive des petits lopins de terre jadis affectés à la culture de fruits et légumes. Enfin, il semble que la pratique de la pêche ait régulièrement reculé sur l'île à mesure que se développe la consommation de morceaux de poulets congelés – à faible valeur nutritive – importés à bas prix de Thaïlande.

«Au total, analyse Jean-Christophe Hebert, il semble clair qu'un appauvrissement alimentaire s'est progressivement dessiné sur l'île au cours des dix dernières années, pour finalement aboutir au brusque épisode de décompensation survenu au printemps.» «En interrogeant les médecins de l'île on se rend d'ailleurs compte que la carence en vitamines B1 est présente à Mayotte depuis un moment déjà, analyse pour sa part Isabelle Quatresous. C'est en tout cas ce que laisse penser le fait que les femmes sur le point d'accoucher se plaignent fréquemment de douleurs dans les jambes – signes neurologiques caractéristiques de ce déficit.»

Dès le début du mois de juin, quasi-certaine d'être confrontés à une épidémie de béribéri, la Direction générale de la santé (DGS) a financé en urgence un programme de supplémentation en vitamine B1 des femmes enceintes, des jeunes mères et de leurs nourrissons. Cette campagne, dotée d'un budget d'environ 7 000 euros, a permis de stopper net la flambée : un seul nouveau cas a depuis lors été détecté au sein d'une famille en situation irrégulière qui a visiblement redouté de se présenter au dispensaire pour recevoir un lot de vitamines. «Le problème, c'est que cette campagne, arrivée à son terme début septembre, ne peut être indéfiniment prolongée, explique Jean-Claude Cargnelutti, directeur général des affaires sanitaires et sociales de Mayotte. Notamment parce qu'une fois l'inquiétude retombée, la population n'observera pas éternellement ce traitement contraignant.»
Envisageant à terme d'inciter les importateurs à alimenter l'île avec un riz préalablement enrichi en vitamines B1, la DGS se dit pour l'heure prête à reconduire l'opération de supplémentation «encore quelques mois». Mais la réflexion sur la malnutrition des Mahorais reste tout entière à mener.
«Notre enquête nous laisse penser que les diverses carences circulant à bas bruit peuvent, à terme, déboucher sur l'apparition d'autres maladies sur l'île», analyse ainsi Isabelle Quatresous. Tandis que la Ddass de l'île concède : «De nombreux rapports s'accumulent depuis des années pour évoquer divers problèmes de malnutrition qui, sans être impossibles à régler, revêtent une grande complexité.»

L'urgence passée et la supplémentation interrompue, rien n'indique donc que le béribéri ne reviendra pas hanter l'île. A moins que d'autres maladies, comme le scorbut, ne le supplantent : déjà, une carence grave – mais jusqu'alors inaperçue – en vitamine C vient d'être mise en évidence chez l'un des nourrissons hospitalisés au printemps.