Généralités
Venir aux Comores : les précautions sanitaires 

Comores : la  santé en quelques chiffres 

Le système de santé des Comores 

Réglementation de la santé 

La carte sanitaire des Comores 

Les structures sanitaires 

Les pharmacies et laboratoires 

L’école de la santé 

La protection sociale 

Les projets comoriens santé ou assimilés 

Les organisations présentes aux Comores 

L’aide au développement sanitaire 

Comores : la santé par thèmes 

La santé à Mayotte 

Les formations santé 

L'annuaire téléphonique santé 

Les liens utiles 

Urgence 

Expatriés et expatriation
 
Thèmes et Projets soutenus par MWEZINET
Les Collectes Humanitaires de médicaments  

La recherche sur le Paludisme - Appel d'offres 

Le Paludisme d'importation chez les enfants Comoriens 

Emissions de Radio : Migrants contre le SIDA 

Etats Généraux de la Santé 06- 09 novembre 2001 

 
 Newsletter

 
Newsletter n°1

 

 Archives de la Santé
Le cholera à Anjouan, Avril 2000
 

Journée Internationale de la Croix Rouge / Croissant Rouge 2003
 
La Santé aux Comores
Allocution à l'occasion de la Journée de la Croix Rouge 2003

ILE AUTONOME D'ANJOUAN

Allocution du Ministre de l'Intérieur, de la Décentralisation Chargé des Relations avec le Parlement et les Institutions de l'Union des Comores prononcée le dimanche 11 Mai 2003 à Ngandzalé à l'occasion de la Journée Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

Messieurs les Ministres ;
Mesdames et Messieurs ;
Honorable assistance.

C'est un grand plaisir, mais aussi un immense honneur que de me retrouver avec vous dans cette localité de N'gandzalé, pour une cause aussi noble que la sensibilisation de deux principaux fléaux qui menacent notre population, je veux parler du SIDA et du paludisme.
Ce travail remarquable, il faut bien le reconnaître est parfaitement mené par le Croissant Rouge et un hommage particulier doit être rendu au Comité Régional de N'dzuwani.

Plus de vingt ans après l'apparition du SIDA, les pays en voie de développement sont submergés par l'ampleur de l'épidémie. Certains pays africains ont décidé de prendre le problème à bras le corps pour notamment sauver les enfants du continent.
Deux spécialistes de renom, le Professeur français Luc MONTAGNIER et le scientifique américain Rolland GALLO, enfin réconciliés après la polémique les ayant opposés sur la paternité de la découverte du virus du SIDA, accompagnent les chercheurs Africains dans la lutte contre le fléau.

Mesdames et Messieurs
Distingués Invités.
L'année passée, les Professeurs Luc Montagnier et Rolland Gallo ont inauguré un centre de Prévention et de Recherche commun à Yaoundé au Cameroun.
Selon le Professeur MONTAGNIER l'un des principaux axes de recherche sera la mise au point d'un vaccin pédiatrique, capable de réduire presque totalement la transmission du virus de la mère à son enfant par allaitement, une des plus fortes voies d'infection sur l'Afrique selon toujours le Professeur MONTAGNIER.
Le transfert des connaissances est aussi une priorité absolue, le découvreur du virus du SIDA souhaite pouvoir doter les pays Africains des compétences et des technologies appropriées pour lutter contre le SIDA.

Mesdames, Messieurs
 Le rapport de l'Organisation ONUSIDA indique que 55 millions de personnes mourront à cause du SIDA d'ici 2020 en Afrique où l'espérance de vie est passé de 62 à 47 ans.
En 2001, le SIDA à tué 2,2 millions d'africains et les 3,5 millions de nouvelles infections de l'année passée pour arriver à 28,5 millions le nombre d'africains vivant avec le virus.
La plupart sont sans traitement et ne survivront pas à la prochaine décennie prédit le Directeur de ONUSIDA Peter PIOT en rappelant que 30.000 Africains seulement pouvaient bénéficier d'un traitement sérieux.
En 1987, au Cameroun, la séropositivité ne concernait que 0,5% des habitants contre 12% en 2003. Avec 150.000 orphelins du SIDA, le Cameroun est un de tout premier pays africain à avoir conscience du danger.
Ainsi dès 1986 il s'est doté d'un Comité de Lutte Contre le SIDA.
Malheureusement, ce volontarisme n'a pas été suivi de résultats satisfaisants.
On se félicite néanmoins des efforts louables consentis par le Cameroun pour le traitement car l'on pratique les prix les plus bas d'Afrique à environ 670 euros par malade et par mois.
Il y a quelques années, le prix des antiviraux et le traitement des infections opportunistes telles que la tuberculose oscille maintenant entre 43 et 23 euros.

La situation des Comores est inquiétante, en effet une étude récente faite aux Comores a donné des résultats alarmants. Sur 300 lycéens dépistés à Mohéli 3 sont avérés positifs, les résultats d'Anjouan doivent nous parvenir dans les meilleurs délais.
Le cas spécifique d'Anjouan doit interpeller les organismes internationaux ainsi que les ONG car depuis la crise séparatiste nos structures sanitaires sont dépourvues de tous moyens de dépistage.

Ainsi je m'adresse à vous Mesdames et Messieurs les Volontaires et les dirigeants du Croissant Rouge sous l'impulsion du Comité Régional d'Anjouan et de l'Ordre des Médecins, d'envisager dans les délais les meilleurs à la mise en place d'un Comité de Lutte Contre le SIDA à Anjouan. Ce comité doit avoir comme rôle principal la sensibilisation de la population notamment des jeunes qui restent un groupe vulnérable à toutes les infections sexuellement transmissibles.

Le Président Mohamed Bacar, pionnier de cette idée noble m'a personnellement chargé de vous confier l'étude de cette opportunité pour Anjouan, afin d'assurer un bon encadrement, un meilleur suivi et un traitement des plus adéquats aux séropositives.

Mesdames, Messieurs
Le paludisme est l'un des thèmes retenus à cette journée phare du Croissant Rouge à N'gandzalé.
Le paludisme est une maladie parasitaire produite par un protozoaire parasite du sang, le plasmodium ou chematozoaire de LAVERAN et transmise par un moustique des régions chaudes et marécageuses, l'anophèle hier malaria aujourd'hui.
Quatre espèces de plasmodium provoquent le paludisme qui se manifeste par des excès de fièvre intermittente suivant un rythme caractéristique (fièvre tierce ou fièvre quarté avec anémie et altération de l'état général)
Une seule espèce (plasmodium falciparum) est responsable des formes mortelles. Le traitement fait appel au sel de quinine et à des dérivés synthétiques.
La prophylaxie repose sur la lutte contre les moustiques, la culture du plasmodium réalisé en 1976 ouvre la voie à la fabrication d'un vaccin.
Le paludisme reste à Anjouan la première cause de mortalité et morbidité juvéno - infantile et occupe une place importante dans les causes des avortements précoces.
Chez les adultes le paludisme représente une des causes principales d'absentéisme dans les milieux professionnels
Cet absentéisme répété constitue un fardeau économique pour un jeune état appelé à faire valoir ses potentiels intellectuels.
La prise en charge thérapeutique revient chère aux ménages dans un pays où le traitement est assuré par les patients.
L'OMS, a initié la politique de lutte contre le paludisme appelé Rall Back Malaria qui veut dire faire reculer le paludisme.
Anjouan applique strictement cette politique dans le cadre de la prise en charge intégrée de l'enfant.
Son Excellence le Président Mohamed Bacar qui a fait du bien être familial une de ses priorités veille personnellement sur l'application de cette politique de l'OMS.
Aux Comores, la pratique généralisée des moustiquaires imprégnées dans les ménages reste le moyen le plus adapté sinon efficace et le moins onéreux pour combattre le fléau du paludisme.
Ces moustiquaires imprégnées sont disponibles à Anjouan grâce au Projet Santé III de la Banque Mondiale.
Toutefois toute politique de lutte du paludisme passe avant tout par l'assainissement du milieu familial. Je lance par conséquent un appel solennel aux membres du Croissant Rouge pour inscrire dans leur programme de développement une stratégie d'avoir un milieu sain.

Permettez-moi Mesdames, Messieurs de rappeler le rôle combien louable du Croissant Rouge en matière de médecine scolaire. En effet le Croissant Rouge est le premier organisme à initier à Anjouan une politique de médecine scolaire.
Cette médecine consiste actuellement à déparasiter systématiquement les enfants en age scolaire et à dépister toutes infections cutanées.
Cette médecine scolaire sera bientôt élargie à la santé bucco-dentaire et au contrôle des carnets de vaccination.
Le gouvernement de l'Ile Autonome d'Anjouan prend l'engagement d'accompagner le Croissant Rouge dans cette politique.

Mesdames, Messieurs
Le rôle du Croissant Rouge n'est pas à démontrer. Il est connu de tous face aux différentes catastrophes naturelles, humaines, telles les guerres, endémiques telles les épidémies...
Le Croissant Rouge est une organisation à vocation humanitaire fondée par Henri DUNANT à Genève en 1863.
Henri DUNANT, lui-même genevois né le 8 mai 1828.
A cette date commémorative, choisie en son honneur pour la Journée Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge pour venir en aide aux blessés et aux victimes de la guerre.
En temps de paix, elle participe à un grand nombre d'actions humanitaires.
Déjà en 1859, Henri DUNANT halluciné par la bataille de Solferino en Italie opta pour l'humanité à la place du commerce.
Au regard des images chaotiques de la guerre et de la cohorte de ses morts et blessés sans assistance, Henri DUNANT entreprit ce jour le secourisme.
De retour à Genève, il publie un livre sur les souvenirs de Solferino, le livre a eu un impact grandissant dans le monde entier car il renfermait toutes les atrocités de la guerre.
1863 fut la création de la Croix Rouge, vieille aujourd'hui de 140 ans et plus tard pendant la guerre Russo-turque, le Croissant Rouge voit le jour.
En 1985, le gouvernement comorien, signataire de la Convention de Genève, reconnaissait le Croissant Rouge Comorien (CRCO), le Comité du CRCO d'Anjouan n'a cessé depuis de travailler au cotés des pouvoirs publics pour ses missions de volontariat et de bénévolat.

Depuis 1986, la Croix-Rouge Internationale a pour dénomination " Mouvement international de la Croix Rouge et du Croissant- Rouge "
Il est l'auxiliaire des pouvoirs publics anjouanais et comme tous les autres comités du Croissant rouge, il n'a jamais failli un jour à sa mission.
Des conflits internes à l'opération GORO, des catastrophes en catastrophes, de l'embargo au choléra, des intempéries aussi, le Comité Régional du Croissant Rouge est toujours présent et jouit des sept principes fondateurs dans leur mission à savoir :
- Humanité
- impartialité
- Neutralité
- Indépendance
- Volontariat
- Unité et Universalité

Etant bénévole et volontaire des pouvoirs publics, le Croissant Rouge mérite bien d'être assisté et aidé et à ce titre le Président de l'Ile Autonome d'Anjouan, le Colonel Mohamed Bacar m'a demandé de vous assurer de toute sa disponibilité et du soutien inconditionnel de son Gouvernement à vous accompagner dans votre délicate mission.

Vive la coopération multi et bilatérale.
Vive l'Ile d'Anjouan dans la prospérité.

Mesdames et Messieurs je vous remercie.