Généralités
Venir aux Comores : les précautions sanitaires 

Comores : la  santé en quelques chiffres 

Le système de santé des Comores 

Réglementation de la santé 

La carte sanitaire des Comores 

Les structures sanitaires 

Les pharmacies et laboratoires 

L’école de la santé 

La protection sociale 

Les projets comoriens santé ou assimilés 

Les organisations présentes aux Comores 

L’aide au développement sanitaire 

Comores : la santé par thèmes 

La santé à Mayotte 

Les formations santé 

L'annuaire téléphonique santé 

Les liens utiles 

Urgence 

Expatriés et expatriation
 
Thèmes et Projets soutenus par MWEZINET
Les Collectes Humanitaires de médicaments  

La recherche sur le Paludisme - Appel d'offres 

Le Paludisme d'importation chez les enfants Comoriens 

Emissions de Radio : Migrants contre le SIDA 

Etats Généraux de la Santé 06- 09 novembre 2001 

 
 Newsletter

 
Newsletter n°1

 

 Archives de la Santé
Le cholera à Anjouan, Avril 2000
 

Journée Internationale de la Croix Rouge / Croissant Rouge 2003
 
La Santé aux Comores
Hopital El Maarouf : Le ticket de la mort mise à jour 20/08/2005

Bonjour,

Les qualifications me manquent pour exprimer l'indignation que j'ai ressentie en visitant El-Maarouf. Ce dont je peux témoigner, c'est qu'en franchissant le portail, un détail vous saute immédiatement aux yeux. Vous avez en face de vous un gros bâtiment avec une inscription : « urgence ». Pas de doute, vous êtes dans un endroit où l'on peut sauver votre vie. Mais. Allez-y faire un tour! Car, à part, les rénovations qui permettent aujourd'hui l'admission de plusieurs malades à la fois, dans une intimité relative, les risques que votre cas se complique, lorsque vous y êtes admis, est réel.

Ayant été moi-même major de cette unité, dans les années 80, je n'ai pas du tout été impressionné par les améliorations qu'on m'avait pourtant ventées à mainte reprise. Et, lorsque je suis monté à l'étage pour voir les services administratifs, j'ai tout de suite compris l'arnaque.

Avant de franchir l'entrée principale qui jouxte la caisse très achalandée (ça se comprend), où il faut payer un de passage ticket, avant d'espérer voir la tête d'un professionnel, vous remarquerez à votre gauche, deux autres bâtiments. Le premier, qui était l'ancienne maison du médecin-chef, a été transformée tout récemment en restaurant en sous-traitance. Le deuxième, est la nouvelle pédiatrie, construite par les Arabes, et qui attend toujours d'être équipée.

Messieur les gestionnaires, comment avez-vous eu l'idée de placer un service aussi sensible que la pédiatrie, à côté d'un des carrefours le plus bruyant de la capitale? Repos garanti pour nos poupons!

En prenant les escaliers pour vous guider vers les services d'hospitalisation, vous serez frappé par le calme qui règne dans la cours et les couloirs. Tout d'abord, vous penserez sans doute comme moi, que c'est peut-être à cause de la gestion martiale instaurée par le patron de la baraque, qu'il y a peu de va-et-vient, parce qu'un médecin-militaire, ça c'est de la rigueur et de la discipline.

En ce qui me concerne, le contexte ayant été étant favorable, j'ai cherché à en apprendre davantage sur ce silence de cimetière. J'ai bénéficié d'une visite guidée à travers les méandres de notre hôpital principal et là, j'ai tout vu, tout entendu.
J'ai donc appris que les gens ne venaient plus à l'hôpital comme avant par manque de moyens depuis qu'on a instauré le fameux « ticket de la mort ». Mais, il a aussi une autre explication, ce que les soins dispensés sont de piètre qualité. Lorsque j'ai poussé un peu plus loin ma curiosité, le personnel soignant, les médecins en premiers, m'ont appris que la direction ne veut rien savoir d'eux, qu'il n'y a pas de collaboration, le matériel médical est vétuste et mal entretenu faute de moyens mais surtout, qu'il n'y a aucun investissement pour améliorer les soins et les services alors que rien n'est gratuit dans cet hôpital. Certains médecins ont même songé à abandonner le navire car, vu le nombre de décès qu'il y a, souvent pour des cas qui auraient pu être sauvés, leur crédibilité en prend un sacré coup.
Les gens attendent qu'ils fassent des miracles alors qu'ils n'ont rien pour exercer adéquatement leur travail.
Par ailleurs, tous s'accordent pour dire que l'instabilité politique, l'irrégularité dans le paiement des salaires, et l'intransigeance du directeur à toute suggestion, d'où qu'elles parviennent sont déterminantes sur la médiocrité des soins et entraînent par le fait même, la fuite des patients vers le secteur privée déréglementé et le retour en force des tradipraticiens.

Donc, au-delà de sa mission d'offrir des services et des soins de santé gratuits à la population, l'hôpital El-Maarouf est devenu une vache à lait pour nos dirigeants. Tout le monde cherche un moyen de tirer profit de sa position, du petit balayeur au spécialiste. À titre d'exemple, les postes de major ne sont plus attribués aux plus méritants parce qu'ils sont devenus tout simplement des postes politiques. À titre d'exemple, il y avait auparavant, une major pour toute la maternité. Aujourd'hui, parce qu'il y a une prime de 50% sur leur salaire, elles sont huit. J'ai même entendu dire qu'il y a un paramédical qui a réussi à déloger un médecin spécialiste, jusqu'à le chasser de l'hôpital. Et, j'ai vu un aide-soignant (six mois de formation) diriger des infirmiers d'État à BAC + 3. Le gars était tellement fière de "sa promotion" lorsqu'il s'est présenté à moi.
Il en résulte alors une démotivation du personnel soignant compte tenu de la politisation des postes et des détournements de tous genres.
Pendant que l'hôpital croule sur la malpropreté, les villas se construisent comme des champignons sans que personne s'en soucie.
Or, dans l'esprit des Comoriens, le système de santé est public. La population ne comprend pas qu'elle doit payer et dans le privé et dans le public. Certes, un ticket modérateur permet à la population de contribuer à améliorer les soins qu'ils ont à recevoir mais ceci n'est pas le cas à El-Maarouf. Les gens payent pour aller mourir. Où va l'argent de ces tickets de la mort?
Il n'y a rien d'immoral d'exiger un minimum de participation aux usagers lorsqu'ils ont un pouvoir d'achat qui leur permette de le faire. Le privé aussi n'enfreint en rien le principe universel de la santé publique si les lois sont respectées. Par contre là où les gens sont complètement démunis et que l'inaccessibilité aux soins de base est compromise, il est inhumain de faire payer qui que ce soit.
Nos gouvernements doivent revoir leurs priorités en commençant par acheter de l'eau de javel et du savon pour nettoyer les chambres des patients. C'est le prix d'un litre de carburant qu'ils auraient à dépenser par jour. Cela ne vous coûtera rien, bande d'imbécile!

Ben
Grand-Nord
Canada