Généralités
Venir aux Comores : les précautions sanitaires 

Comores : la  santé en quelques chiffres 

Le système de santé des Comores 

Réglementation de la santé 

La carte sanitaire des Comores 

Les structures sanitaires 

Les pharmacies et laboratoires 

L’école de la santé 

La protection sociale 

Les projets comoriens santé ou assimilés 

Les organisations présentes aux Comores 

L’aide au développement sanitaire 

Comores : la santé par thèmes 

La santé à Mayotte 

Les formations santé 

L'annuaire téléphonique santé 

Les liens utiles 

Urgence 

Expatriés et expatriation
 
Thèmes et Projets soutenus par MWEZINET
Les Collectes Humanitaires de médicaments  

La recherche sur le Paludisme - Appel d'offres 

Le Paludisme d'importation chez les enfants Comoriens 

Emissions de Radio : Migrants contre le SIDA 

Etats Généraux de la Santé 06- 09 novembre 2001 

 
 Newsletter

 
Newsletter n°1

 

 Archives de la Santé
Le cholera à Anjouan, Avril 2000
 

Journée Internationale de la Croix Rouge / Croissant Rouge 2003
 
La Santé aux Comores

Les Collectes Humanitaires de Médicaments  Janvier 2002

ARTICLE DU JOURNAL LE MONDE
Les collectes humanitaires de médicaments pourraient être restreintes

http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3226--258708-,00.html

 

 VA-T-ON RESTREINDRE l'usage à des fins humanitaires des médicaments récupérés dans les pharmacies ? Le débat est actuellement engagé par le ministère de la santé et suscite les craintes de plusieurs organisations non gouvernementales. Ces dernières redoutent de se voir privées de tout ou partie de leur source d'approvisionnement.
 
La discussion est née à l'occasion de la préparation d'un décret, prévu pour l'été 2002, ayant pour objet de renforcer le statut juridique de Cyclamed. Cette association agréée, placée sous l'égide du conseil national de l'ordre des pharmaciens et financée par les laboratoires pharmaceutiques, organise depuis 1993 la collecte par les officines des médicaments qui n'ont pas été utilisés par les particuliers. Plus de 11 000 tonnes de déchets issues de médicaments ont ainsi été récupérées en 2000 sur les quelque 70 000 tonnes que jettent chaque année les Français.

La majeure partie de ce stock est incinérée. Mais douze associations, les plus actives étant Pharmaciens sans frontières et l'Ordre de Malte, sont autorisées à effectuer un tri préalable. Elles piochent gratuitement et redistribuent tout aussi gratuitement dans différents pays pauvres ou dans des dispensaires français les médicaments réutilisables. 713 tonnes, soit l'équivalent de 11 millions de boîtes, ont ainsi été recyclées en 2000. La valeur marchande potentielle de ces dons se chiffre en millions d'euros, même s'ils sont destinés à des malades n'ayant pas les moyens de se payer un traitement.

 Mais la collecte humanitaire a donné lieu à des abus qui posent un problème déontologique. "Des bonnes volontés envoient parfois n'importe quoi", regrette Marie-Agnès Cros, directrice générale de Pharmaciens sans frontières. Qu'elle s'exerce à l'égard de l'Algérie ou de la Roumanie, la générosité européenne est parfois désordonnée. De la Nivaquine ou des patchs antitabac ont ainsi été envoyés en Bosnie et des crèmes contre les coups de soleil en Afrique noire. Ailleurs, des stocks ont été détournés par les belligérants ou des potentats locaux qui les revendent sur des marchés parallèles.

En juillet 2001, le ministère de la santé a convoqué les organisations humanitaires agréées pour discuter du système. Il appuie sa volonté de réforme sur une charte de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui préconise un usage sérié de la redistribution gratuite, la déconseillant notamment dans les pays en guerre. "Notre position n'est pas d'interdire le réemploi mais d'en resserrer l'application", explique-t-on au ministère.

Un des principes serait qu'aucun envoi ne se fasse sans demande préalable d'une autorité médicale du pays. "Il faut que la redistribution s'appuie sur un contrôle pharmaceutique, en partenariat par exemple avec des dispensaires de brousse", confirme Jacques Aumonier, secrétaire général de Cyclamed.

Mais certaines préventions à l'encontre des redistributions humanitaires ne tiennent pas qu'à l'éthique. Des acteurs pharmaceutiques réprouvent pareilles largesses. "Certains laboratoires voient d'un mauvais oeil ces dons et préféreraient que tout soit détruit", explique Marie-Agnès Cros. "Les craintes des associations ne me paraissent pas fondées", assure M. Aumonier. Malgré ces propos rassurants, ces dernières restent vigilantes.

Elles viennent de lancer une pétition, partant du principe que mieux vaut prévenir que guérir.

Benoit Hopquin

***************
ReMeD a adressé la réponse suivante au Monde, le débat est ouvert; ce serait  bien si des témoignages en provenance d'Afrique parvenaient à ce  journaliste. Nous comptons sur vous.
***************

De : Carinne Bruneton [mailto:remed@remed.org]
Envoyé : jeudi 17 janvier 2002 12:43
À : hopquin@lemonde.fr
Cc : Serge Barbereau
Objet : Restreindre ou interdire les dons issus des collectes de médicaments

Restreindre ou interdire les dons issus des collectes de médicaments.

Suite à la découverte de 340 tonnes de médicaments périmés à Mostar (Bosnie), l'administrateur Européen de cette ville a demandé en 1995 à la Commission Européenne de mobiliser les Etats membres contre les envois anarchiques de médicaments. Cette mobilisation s'est concrétisée notamment par le soutien à une campagne Européenne d'information menée par des Ong sur les bonnes pratiques du don en médicaments. La partie française est réalisée par l'association ReMeD qui a édité une plaquette "Des principes pour une action efficace". Dans les pays en voie de développement, nous voyons se mettre en place des chartes pour améliorer la qualité des dons, chartes excluant les médicaments de récupération, en conformité avec les principes directeurs de l'OMS. Nous préconisons une interdiction de l'exportation de tels produits de récupération à l'échelle Européenne. Sortis du circuit pharmaceutique, leur utilisation est d'ailleurs interdite en France.

Serge Barbereau
Vice-Président ReMed Réseau Médicaments et Développement
35 rue Daviel
75 013 Paris
tel 33 1 53 80 20 20
fax 33 1 53 80 20 21

REMED.75013@wanadoo.fr

remed@remed.org

 www.remed.org

PS: vous trouverez notre plaquette "Dons de médicaments : Des principes pour une action efficace" ainsi que différents documents utiles à l'adresse suivante http://www.remed.org/html/fr_dons.html

Adresse pour les messages destinés au forum E-MED: e-med@usa.healthnet.org

Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à : owner-e-med@usa.healthnet.org