PRESENTATION DU SYSTEME DE SANTE DES COMORES

 

La réforme du système de santé est fondée sur un partenariat entre l’Etat, les communautés locales et le personnel de santé.

 

Elle vise à fournir aux populations des soins de qualité, à un coût qui leur soit accessible.

 

Elle se présente aussi comme un début de solution au problème du financement des services de santé.

 

Elle tire ses fondements dans la décentralisation des services de santé, l’autonomie de gestion de structure de santé et la participation des communautés locales au financement et à la gestion des services de santé.

 

Le système de santé est de type pyramidal à trois niveaux (central, intermédiaire ou régional, et périphérique) correspondants à des niveaux différents de responsabilité.

 

LES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE

Les services centraux du ministère comprennent à la fois la superstructure du Ministère, la Direction Générale de la Santé, la Direction des Affaires Sociales et de la Condition Féminine et deux établissements publics autonomes.

La Superstructure du Ministère qui a pour missions d’impulser, de coordonner, d’évaluer et de contrôler les services du Ministère, comporte, outre le cabinet du Ministre, le secrétariat général de la santé. la Direction des Affaires Administratives et financières et le Service Courrier, Documentation et Archives. L’inspection générale de la santé qui est placé sous l’autorité hiérarchique du Ministre a pour missions de veiller au respect des textes législatifs et réglementaires régissant le fonctionnement du système sanitaire.

La Direction générale de la Santé (DGS) qui a pour missions de concevoir , planifier coordonner et suivre l’exécution des programmes d’actions et des projets relevant de ses attributions. Elle comprend

§         la Direction de la Santé Familiale chargée des services et programmes de Planification familiale, de santé de la reproduction (SR), du Programme Elargi de Vaccination (PEV), de Nutrition et Alimentation, de Lutte contre les Maladies diarrhéiques et des Infections Respiratoires Aiguës (LMD/IRA) ;

§         La Direction de la lutte contre les Endémies et Epidémies chargée des services et programmes de lutte contre le paludisme et la filariose, de lutte contre la lèpre et la tuberculose, de lutte contre les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) et SIDA, l’hygiène et l’assainissement,

§         La Direction des Laboratoires et des Pharmacies

§         La Direction de l’Education pour la Santé avec les programmes et services IEC, centre de production audiovisuelle

§         La Direction des Statistiques Sanitaires et de la Planification avec les Services d’Information Sanitaire (SIS), de planification, de suivi et d’évaluation,

§         La Direction des Hôpitaux avec le service de la tutelle et des infrastructures

La Direction Générale des Affaires sociales et de la condition féminine qui a pour missions de concevoir , planifier coordonner et suivre l’exécution des programmes d’actions et des projets relevant de ses attributions.

La Direction Générale des Affaires sociales et de la condition féminine comprend :

§         La direction des affaires sociales

§         La direction de la condition féminine

Les établissements autonomes

§         L’Ecole Nationale de Santé qui est un établissement public d’enseignement et de recherche avec pour mission la formation initiale et continue de toutes les catégories du personnel de santé.

§         La Pharmacie Nationale Autonome des Comores (PNAC) qui a pour mission d’assurer l’approvisionnement et la distribution des médicaments essentiels dans les formations sanitaires.

 

LES SERVICES REGIONAUX

Les services régionaux du Ministère de la santé forment le niveau intermédiaire du système national de santé. Ils comprennent la Direction Régionale de la Santé et le Centre Hospitalier Régional (CHR).

La Direction Régionale de la Santé

La carte sanitaire des Comores est composé des régions sanitaires de Grande Comore, d’Anjouan et de Mohéli. Chaque région sanitaire comprend une Direction Régionale de la Santé qui représente le Ministère de la Santé dans chaque île. Celle-ci est chargée de la supervision de toutes les activités curatives et préventives menées dans les différentes formations sanitaires de l’île. Elle suit les activités du CHR, des districts sanitaires. La Direction Régionale de la Santé est placé sous l’autorité du gouverneur de l’île.

Le Centre Hospitalier Régional (CHR)

Le CHR assure des missions de prise en charge des malades référés par les formations sanitaires périphériques, la prévention des maladies endémiques et épidémiques, la formation et la recherche médicale. Il existe actuellement 3 CHR.

 

LES SERVICES PERIPHERIQUES

Les services périphériques sont représentés par les DISTRICTS SANITAIRES. Chacune des régions sanitaires est en effet divisée en districts sanitaires, lesquels se subdivisent en secteurs sanitaires. Un District sanitaire comprend un ou plusieurs secteurs sanitaires doté soit d’un Centre de Santé (CS), soit d’un Centre Médico-chirurgical (CMC), soit un centre Médico-Urbain (CMU) où sont assurés l’appui et la référence de toutes les activités de santé de district.

Un secteur sanitaire est doté d’un poste de santé ou d’un dispensaire où sont réalisées toutes les activités de soins de santé primaires prévues par les programmes nationaux. Le dispensaire et le poste de santé sont des structures périphériques de même niveau. La gestion et le fonctionnement du dispensaire est entièrement assuré soit par une ONG, soit par un comité de développement villageois sous le contrôle technique du Ministère de la santé. Le fonctionnement du poste de santé est cogéré par le comité de développement villageois et le Ministère de la Santé.

Chaque Centre de santé de district supervise un certain nombre de postes de santé. Les Districts sanitaires sont placés sous la tutelle d’un Médecin chef qui assurent les activités de soins et celles de l’administration des finances. Il existe actuellement 17 districts sanitaires délimités par un arrêté conjoint du ministre de la santé et de l’intérieur.