La société Comorienne et son organisation
la société 

la famille 

les femmes 

Les droits de la femme comorienne

Les enfants placés : une situation préoccupante

Journée Mondiale de la femme  :
Discours de la représentante des etudiants comoriens en egypte 2004
Discours Melle Koubrat Ahmed BOURHANE 2003
Discours M. Nourdine MOHAMED 2003

Le Réseau National Femmes et Développement

Journée de la Femme 2009 : les mariages forcés aux Comores
 
Les Traditions
les grands mariages - généralités 

Le déroulement du Grand Mariage

La terminologie du Grand Mariage 

Les fiancailles et le Grand Mariage 

Le Grand Mariage, une valeur sure qui perdure 

Discussions sur le Grand Mariage, son utilité, son coût, les équilibres et déséquilibres économiques qu'il engendre

Le Grand Mariage de l'indignité par Soeuf Elbadawi

le masque de beauté 

les vêtements

 
Les Jeux Traditionnels
le jeu du Mraha  
 
L'organisation de la cité
les places publiques ou Bangwe

Places Publiques vues par l'UNESCO
Public Places as seen by UNESCO
 
Les Comoriens en France et ailleurs

La Place des jeunes issus de la diaspora

Coutumes et société de consommation
 
Polygamie : Vivre avec deux femmes à la Réunion
 

Société et tradition aux Comores

Le grand Mariage de l'Indignité mise à jour 06/01/2005

Comores
Le grand-mariage de l’indignité
Par Soeuf Elbadawi

Article publié le 04/09/2005
sur le site de RFI www.rfi.fr

Phénomène social d’importance capitale dans la vie du comorien, le «grand-mariage» est un passage obligé pour tout individu souhaitant accéder à l’espace décisionnel de sa communauté villageoise. Les grandes vacances, période où les comoriens de la diaspora reviennent en nombre dans le pays, est une période de prédilection pour cette tradition souvent contestée mais toujours perpétuée.

Chants, danses et youyou interminables à tous les coins de rue. A l’intérieur comme à l’extérieur des maisons. Des lumières partout. Habits de fête d’une esthétique rare : manteaux et robes brodés à fil d’or. Repas gargantuesques. Des sourires et des embrassades à n’en plus finir. L’atmosphère dans les villages aux Comores change dès qu’un grand-mariage, aussi appelé anda ou harusi, se célèbre dans une famille. A la différence des autres mariages (mna daho ou darwesh) habituellement contractés, celui-ci prend un caractère d’accomplissement pour l’individu en quête de reconnaissance sociale dans cette société réputée conservatrice. Qui achève son grand-mariage, au terme d’un long processus le menant de l’enfance à l’âge adulte, bascule dans le clan jalousé des «notables», autrement dit ceux qui décident traditionnellement de la conduite des affaires de la cité.

Être un notable équivaut à devenir mndru mdzima, c’est-à-dire un homme à qui sont consentis nombre de privilèges : droit à la parole dans l’espace public, distinctions et pouvoir de décision. L’anthropologue Sultan Chouzour parle d’un «pouvoir de l’honneur». Un statut auquel nombre d’hommes politiques doivent d’abord prétendre, avant d’aspirer à de hautes responsabilités au niveau national. Damir Ben Ali, autre anthropologue ayant travaillé sur la question, raconte ainsi (à Kashkazi) cette anecdote concernant un ministre se rendant à une cérémonie de mariage, accompagné de son chauffeur : «Le chauffeur a fait le grand-mariage, il est donc vêtu de l’habit traditionnel du grand marié ; le ministre, lui, ne l’a pas fait, et ne porte donc pas ses habits. Quand ils arrivent à la mosquée, c’est le chauffeur qu’on vient chercher et qu’on installe en première place, pas le ministre car personne ne le connaît». Le grand-mariage impose le respect à tous. Il contribue par ailleurs à asseoir la réputation d’une famille dans la communauté villageoise. Plus il sera onéreux, mieux l’opinion appréciera. L’idée consiste pour l’individu à redistribuer une manne financière, accumulée durant de longues années de labeur, à toute sa famille, proche ou lointaine, ainsi qu’à ses amis, sous forme de cadeaux, d’offrandes, de repas à partager, de louanges négociés au prix fort. Certains y risquent jusqu’à leurs derniers sous. D’autres s’endettent pour vivre cette aventure en apparence heureuse : vous devenez sultan ou princesse l’espace d’un mariage, où tout le monde communie pour votre plus grand plaisir.

«C’est trop cher pour être vrai»

Un rituel de plus en plus coûteux. «Chouzour a tort d’insister sur cette notion de pouvoir et honneur, nous dit Ismaël Ibouroi, philosophe. Moi je parlerais plutôt d’un «pouvoir de l’indignité», vu ce dont les gens sont capables de faire pour arriver à réaliser leur grand-mariage. Certains sont prêts à se vendre, d’autres détournent de l’argent public pour le réussir». Mapatso, ukumbi, zilo za harusi, mladzo moina et autres moments festifs liés à cette tradition exigent un budget sans aucun rapport avec le coût de la vie au quotidien. «C’est trop cher pour être vrai», explique un convive lors d’un dumbuso, repas destiné à une tablée d’amis ou de notables de même rang chez le marié récent, «Les gens ne sont pas payés depuis six mois mais ils trouvent le moyen de mettre la main à la poche pour lui garder son faste à cette tradition. Parce qu’il faut bien savoir se rendre compte d’une chose : le marié paie mais ses amis participent à leur tour d’une manière ou d’une autre, tout comme le reste de la famille. Les garants de la tradition, des femmes la plupart du temps, tiennent une liste de ceux qui ont contribué à votre mariage, pour qu’à votre tour, vous participiez au leur demain. Vous ou tous ceux qui vous sont liés. De la même façon, certains viennent rendre à votre mariage ce que votre famille leur a prêté jadis à celui d’un des leurs. Et les enchères sont ouvertes. Car si vous avez donné deux pounds il y a vingt ans, aujourd’hui, la valeur a augmenté. Vous allez peut-être devoir donner dix pounds».

Des pounds d’or par «baquets entiers». Dure vérité que celle du grand-mariage : l’or exigé pour la circonstance finit de ruiner les familles. Sans oublier le fait que les invités sont de plus en plus nombreux et obligent à des dépenses inimaginables il y a encore vingt ans. D’où la critique permanente orchestrée par la jeune génération contre une pratique complètement en porte-à-faux avec la réalité d’un pays en crise. L’éducation, la santé, l’économie… autant de chantiers sinistrés devant lesquels l’Etat s’avoue vaincu. Pendant ce temps, les notables réaffirment leur position sociale dans le paysage à travers «ce jeu ridicule où l’on s’amuse avec le passé» confie un fonctionnaire anti-grand-mariage. «Vous vous rendez compte du délire ? Je n’ai pas les moyens de régler les «écolages» (frais de scolarité) de mes enfants en école depuis trois mois. Cela fait quatre mois que je n’ai pas touché un rond de ma solde. Mais ma belle-famille fait la gueule parce que je refuse d’emprunter pour mon grand-mariage». Dans cette dramaturgie liée au passé, seuls s’en sortent les Comoriens issus de la diaspora, ceux qui ont migré vers la France (principale destination de l’immigration comorienne) surtout. «C’est la raison pour laquelle les grandes vacances, période où ils débarquent en nombre au bled, sont devenues la période la plus riche en cérémonie de ce genre. De juin à septembre, les euros se promènent en pagailles dans les rues» conclut-il.

Soeuf Elbadawi

Article publié le 04/09/2005