La société Comorienne et son organisation
la société 

la famille 

les femmes 

Les droits de la femme comorienne

Les enfants placés : une situation préoccupante

Journée Mondiale de la femme  :
Discours de la représentante des etudiants comoriens en egypte 2004
Discours Melle Koubrat Ahmed BOURHANE 2003
Discours M. Nourdine MOHAMED 2003

Le Réseau National Femmes et Développement

Journée de la Femme 2009 : les mariages forcés aux Comores
 
Les Traditions
les grands mariages - généralités 

Le déroulement du Grand Mariage

La terminologie du Grand Mariage 

Les fiancailles et le Grand Mariage 

Le Grand Mariage, une valeur sure qui perdure 

Discussions sur le Grand Mariage, son utilité, son coût, les équilibres et déséquilibres économiques qu'il engendre

Le Grand Mariage de l'indignité par Soeuf Elbadawi

le masque de beauté 

les vêtements

 
Les Jeux Traditionnels
le jeu du Mraha  
 
L'organisation de la cité
les places publiques ou Bangwe

Places Publiques vues par l'UNESCO
Public Places as seen by UNESCO
 
Les Comoriens en France et ailleurs

La Place des jeunes issus de la diaspora

Coutumes et société de consommation
 
Polygamie : Vivre avec deux femmes à la Réunion
 

Société et tradition aux Comores

Le Jeu de Mraha

Mraha wantso: les règles du jeu

La table du jeu comporte 32 trous en quatre rangs: deux rangs pour chaque partie de la table. On distingue le premier rang, vers le milieu de la table, où se passe l’action, et le second rang, rang arrière. C’est dans le premier rang d’un joueur que ses pions sont vulnérables et peuvent être pris par l’adversaire. L’objet du jeu consiste à vider de ses pions le premier rang de son adversaire.

mraha

 

Le jeu commence avec dix pions disposés comme illustré: deux trous contenant deux pions chacun et un troisième trou, avec six pions, qui s’appelle la reine. Il reste 44 pions, qui constituent la réserve à partir de laquelle on loue, et qui sont placés dans la coupe à gauche. On joue en retirant un pion de la réserve et en le déposant dans un des trous qui ne contient que deux pions. On retire ensuite tous les pions dans le trou et on les dépose, un par un, dans les trous subséquents. On choisit le sens du jeu: dans le sens des aiguilles d’une montre, ou contre; et on continue à jouer dans le même sens pendant un tour ou jusqu’à la prise des pions de l’adversaire. Si le dernier pion tombe dans un trou qui contient déjà un pion, on reprend tout et on continue. Si le trou est vide, on dépose le dernier pion et la main passe à l’adversaire. Si le trou se trouve dans le premier rang, s’il n’est pas vide, et s’il y a un ou plusieurs pions dans le trou du premier rang de l’adversaire, on ne prend pas ses propre pions mais ceux de l’adversaire et on commence à les déposer à partir du trou à l’extrême gauche ou droite du premier rang (à choisir) de son propre côté. Cependant, si le trou dans lequel tombe le dernier pion est un des deux derniers du rang (à gauche ou à droite) on dépose à partir du dernier trou de ce côté. A chaque tour on est tenu de déposer le premier pion dans un de ses propre trous dont il y a un pion dans le trou correspondant du premier rang de l’adversaire, mais si il n’y en a pas on peut déposer librement. Une dernière règle: si le dernier pion tombe sur la reine, on peut choisir de ne pas le distribuer.

Quand il ne reste plus de pions dans la réserve, et si le partie n’est pas encore gagnée, on entame la deuxième partie du jeu, appelé fikiri. C’est à partir de là que la tactique commence: à vous de jouer !

© MweziNet 2000