CATASTROPHE DU "SAMSON": JUSTICE POUR LES VICTIMES !
EDITORIAL par Abdou Rahamane AHMED, président de SOS DEMOCRATIE

Début mars 2004 au largede Madagascar Le Samson appartenant à des indiens pakistanais de Madagascar battant pavillon comorien a péri en mer. Ce naufrage a provoqué la mort de 120 personnes répertoriées officiellement. Le nombre de passagers réellement disparu semble plus important que ce nombre car dans ce bateau voyageaient de nombreux clandestins. preuve s'il en est, de la non assistance à personne en danger dont ont montré aussi bien les autorités comoriennes d'une part (en faisant appareiller le ferry en surcharge dans la tourmente d'un cyclone annoncé), et d'autre part, les autorités portuaires de Madagascar, en interdisant ce même ferry pourtant attendu, de venir se mettre à l'abri des éléments déchaînés du cyclone "Gafilo". Le corollaire est que dans cette affaire nous ne pouvons qu déplorer les nombreuses maladresses en chaîne aussi bien du côté comorien que malgache entraînant la mort de ressortissants français, malgaches et comoriens. Il faut rappeler que le bateau parti de Moroni a fait escale au port de Mutsamudu avant d'être porté disparu. Comment les responsables anjouanais ont pu laisser partir de ce port ce ferry en état de surcharge alors que le cyclone tropical Gafilo était annoncé dans la région ? Il s'avère que ce ferry "Le Samson" ne respectait pas les normes de sécurité d'usage et surtout n'était pas doté d'équipement de survie, de radeaux de sauvetage suffisants, de pistolets d'alarmes, de balises de positionnement, etc. Pourquoi le capitaine du port de Mahajanga Jean RALAMBO a pu prendre la décision lourde de conséquences, d'interdire l'accès du port, à un bateau en détresse ? Les bureaux de douane du port malgache étaient fermés le dimanche 7 mars, le jour précis de l'arrivée du ferry. La seule initiative connue est la mise en place d'une commission d'enquête créée par les autorités comoriennes pour étouffer cette affaire. SOS DEMOCRATIE soutient la plainte déposée par les familles des victimes auprès du tribunal malgache à Mahajanga afin de demander que justice soit faite. Nous encourageons par ailleurs le Collectif de Soutien aux familles des Victimes du naufrage du "Samson" créé en France.

Nous réclamons l'ouverture d'une enquête internationale pour déterminer les responsabilités conjointes et partagées des deux états concernés dans cette catastrophe humaine qui n'aura jamais du se reproduire.